AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une malade particulière [nc -18]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ikeda Reiko

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 25/10/2011
Année & Spécialisation : 3e année | Design
Avatar : Emi Suzuki

MessageSujet: Une malade particulière [nc -18]   Dim 6 Nov - 19:00

Une malade particulière



14h, cours de maths. J'ai horreur de cette matière. Même si je sais qu'elle va m'être utile dans le futur vue le métier que je veux faire plus tard je déteste cette matière. J'étais vraiment prête a tout pour rater ce que cours, vraiment tout
J'étais assise au fond de la classe, côté fenêtre. On dit souvent que ce sont les cancre qui sont au fond de la classe mais c'est pas tout le temps vrai, je suis vraiment pas une cancre, loin de là. Je suis au fond tout simplement, c'est comme ça que je passe presque inaperçu histoire que je fasse mes petites histoires discrètement. Bref, je pris mon sac à mains pour pouvoir prendre mon poudrier juste pour me repoudrer le nez. -Mon maquillage est ce qui prend le plus de place dans mon sac. - quand tout a coup, j'eus une idée digne d'un génie machiavélique telle que moi. Je pris mon sac et fouillis dedans. Brosse a cheveux, gloss, mascara, carte de crédit...Enfin, mon phare a paupières blanc. Je pris ma brosse et me tartina tout le visage. Puis je mis un petit coup de blush. Il faut quand même que j'ai un joli minois avec une petite mine. Je jeta un petit coup d'oeil sur mon miroir. J'étais parfaite. Je leva la main. "Que ce passe-t-il encore Mademoiselle Ikeda, vous vous êtes casser un ongle ?" Je la détestais cette prof, on dirait qu'elle aime me descendre. Je voyais certains camarades pouffer de rire. Je devais garder mon sang froid, car j'étais "malade" donc je m'occuperai d'eux plus tard. Bref, je fis une mine un peu fatigué et commença a parler

«Madame, serait-il possible que j'aille à l'infirmerie, je ne me sens pas très bien.»


Je dis ça d'une toute petite voix. Je m'attendais à ce qu'elle dit que je fais de la comédie mais non elle me dis d'y aller. Cela prouve encore une fois que je suis une actrice hors paire, peut-être j'ai mal choisi ma vocation. Je m'empresse de rassembler mes affaires prendre mon sac et quitter au plus vite salle. J'étais vraiment contente de mon coup donc après, direction les toilettes histoire de me débarbouiller et puis un petit tour à l'infirmerie, juste pour passer le temps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Koyama Mayura

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 25/10/2011
Année & Spécialisation : 1A - Musique
Avatar : Tanaka Reina

MessageSujet: Re: Une malade particulière [nc -18]   Dim 6 Nov - 20:46

Le réveil sonne, il est 7h30. Loin de l'idée que le week-end était terminé, Mayuyu se rendormit sans ce soucier de quoi que ce soit. Leise n'était pas rentrée de sa soirée ou alors était surement restait dormir avec Kassi de peur de se faire chopper dans les couloir la nuit. Mayu était donc seule, dans sa chambre, encore les volets fermés et très peu de lumière pénétré dans la pièce. Celle-ci n'était jamais en retard en cours JAMAIS. Mais ce matin ... cela aller surement changer. Elle dormait, mais d'un sommeil superflu. En effet elle était fatiguée à cause de la longue nuit qu'elle venait de passer. Une nuit qui parue si longue... Car en réalité durant cette nuit, pourtant désignée comme devant être plaisante, la demoiselle n'avait fait que se réveillé en sursaut; au minimum; toute les heures. C'était juste insupportable pour une jeune fille de son âge. Se lever toute les heures pour se passer de l'eau sur le visage pour penser mieux se rendormir et rester éveillé durant l'heure qui suit car justement elle n'y arrivée pas. La jeune fille ne tenait plus. Se lever c'était comme impossible maintenant. Comment faire, elle n'était juste pas en état pour aller en cours. Mais louper des cours, c'est mauvais très mauvais pour une fille de sa catégorie qui doit tenir sa place en classe A pour espérer réussir.
Une sonnerie retentit 7h55 ~ Les cours débutés dans 5 min. MALHEURS ! La jeune Koyama se leva en sursaut pris à peine le temps de se vêtir de son uniforme mal ajusté et oublia la moitié de ses cours sur son bureau avant de partir en courant vers le bâtiment B où étaient les salles de cours.
Hélas elle arriva en retard... Elle ne savait pas comme réagir, parce que cela ne lui était jamais arrivée. Devait-elle passé par la porte de derrière et se faufiler à 4 pattes entre les rangs en espérant ne pas se faire remarquer ? Pas sûr que ce soit une bonne idée, Mayura choisit la solution la plus droite et commença à toquer à la porte de sa salle de cours.

"Oui !?", grommela fortement une voix de mécontentement derrière la porte.

En effet Mr Takano détestait qu'on le dérange, surtout à partir du moment où il commençait son cours. Que ce soit le directeur ou la secrétaire de direction qui venait le déranger, c'était du pareil au même, il était désagréable comme pas un. Ne parlons pas du moment où c'était un élève en retard qui se présenté, ce qui était ici le cas de notre pauvre Mayuyu.
D'une main tremblante elle ne pus immédiatement ouvrir la porte car elle avait été figée sur place par la voix du professeur. Déjà qu'elle n'était pas bien au départ, du à sa mauvaise nuit, maintenant elle était saisi par le stress. Une dizaines de secondes s'écoulèrent, les dix secondes les plus longues et jamais connue par la petite Koya'. Un silence brut se suivit d'une sorte de grognement assimiler à celui d'un Ours.

"Non, mais ! Qui ose ainsi déranger mon cours sans osez se montrer ! Entrez donc, que je vous donne une leçon de comportement !"

Ce professeur glacée le sang de Mayura qui décida de prendre son courage à deux mains pour saisir la poignée de la porte. Celle-ci s'ouvrit brusquement et la demoiselle fût projeté vers l’intérieur de la salle en manquant même de tomber à terre. Mr l'Ours venait d'ouvrir la porte avec une telle violence que la demoiselle dans sa position de faiblesse ne put faire autrement que de se faire emporter. Elle se releva avec un malaise incommensurable face à son Professeur. Celui-ci ne tarda pas à montrer son plus grand mécontentement.

"Mademoiselle Koyama ! Etes-vous réellement digne de cette classe ?! La 1A n'accepte que les meilleurs 1ere Années et si vous n'êtes pas à la hauteur de cela veuillez laisser votre place à quelqu'un de sans doute plus intelligent et moins idiot que vous l'êtes ! Je n'ai jamais et ne comprendrais jamais pourquoi on vous a attribué à cette classe ! Et en plus de ça vous osez être en retard et déranger mon cours c'est inadmissible ! Rejoignez votre place immédiatement !"

Mayura le savez, avec lui il n'y avait pas de "mais" qui tienne. Elle se sentait mal, très mal. Non seulement elle allait encore être la risée de la classe avec les propos du professeurs, mais en plus de ça elle se sentait partir, tomber de fatigue. Elle déambula lentement à travers la classe, zigzaguant à travers deux rangées de tables. Mais à deux table de la sienne elle s'écroula sans crier garde.

***

Lorsque qu'elle se réveilla, elle était d'ores et déjà installer dans un des lits de l'infirmerie. Le reste de ce qu'il c'était passé était un blanc total pour la petite Mayura. Elle tenta de se relever, mais en vain, en effet elle était encore trop faible pour essayer de bouger. Personne n'était là. L'infirmière y compris. Même si elle voulait retourner en cours, c'était impossible pour elle, en tout cas pour le moment. Il fallait donc qu'elle reste là et qu'elle tente de se reposer. Les rideaux avait été tirés à cet effet, elle n'avait plus qu'à. Bon certes les lits n'étaient pas des plus agréables, les fonds débloqué pour l'infirmerie n'était pas très important. En tout cas lorsqu'il s'agissait d'élève normaux et non VIP. Mayura tenta donc de se reposer et c'est ce qu'elle fit.

Peu de temps ou quelques temps plus tard (elle n'en n'avait pas notion vu qu'elle dormait) quelqu'un déboula dans l'infirmerie, la lumière provenant de la porte et autrement dit de l’extérieur réveilla la petite. Etant donné qu'elle se réveillé à peine, elle n'eut pas le courage de demander qui c'était. Elle essaya tout de même de percevoir qui était là, mais le trop peu de lumière ne lui en donna pas l'occasion. De plus, à part l'infirmière, Koyama ne voyait pas qui ça pourrait être. Elle décida donc d'essayer de ce rendormir, mais après tout le temps où elle avait dormi, ce n'était pas si facile...



[HRP : Ne t'inquiètes pas, ce n'est pas la taille qui compte. Il m'arrivera sans doute aussi de faire de courtes réponses selon mon inspiration ^^ ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ikeda Reiko

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 25/10/2011
Année & Spécialisation : 3e année | Design
Avatar : Emi Suzuki

MessageSujet: Re: Une malade particulière [nc -18]   Mar 8 Nov - 18:15

Il n'y avait pas un chat dans les couloirs de l'établissement. J'avais l'impression de marcher dans un long couloir sans fin. Je ne supportais pas ce genre d'atmosphère, c'est peut-être encore une de mes phobies que je découvre à nouveau. En fait je pensais que c'était le fait que je ne sois pas le centre d'attention et qu'il y a personne pour jouer mes groupies (en exagérant). Quoiqu'il y en soit, je voulais que cela se termine. "Infirmerie." Je vis ces écriteaux sur sur cette veille porte. Ma main s'apprêtait à toucher cette poignée argenté mais j'hésitai à rentrer. Et si l'infirmière ne marchais pas dans mon super jeu d'actrice ?? Peut-être qu'elle s'amusera elle aussi à me descendre ou pire encore, que cela remonte jusqu'au principal et qu'il convoque mes parents. Déjà ils supportent mal que je ne qu'en 3B mais alors que je sèche les cours... Adieu ma superbe carte de crédit, les virée shopping ainsi que les boîtes de nuit Hype... Wah j'exagère un peu trop la ! Non, l'infirmière est cool, je pense qu'elle me donnera quelques médocs et me dira de me reposer, du moins, c'est ce que j'espère. J'ouvris doucement la porte qui gémissait un grincement digne d'un film d'horreur. Je la franchissais tout doucement. Il faisait noir donc en d'autre terme, l'infirmière n'était pas là, tout ce que je pouvais apercevoir c'était ces rideaux blancs tirés. On peut dire que d'un côté j'avais vraiment de la chance, aucune personnes pour me poser une tonnes de question comme "Que-fais tu la ?? Qu'es-ce qu'il t'arrive" donc je suis tranquille. Je n'aimais pas cette pièce. Elle était aussi glauque que le couloir. Il y avais une ambiance morbide. C'est l'une des raisons pour lesquelles que je déteste tous ce qu'il est médecin ou hôpital. Déjà de ma présence, je pouvais rajouter de la gaité de ma grande beauté et présence. Ca faisait déjà beaucoup mais il faillait aussi que j'en rajoute avec un peu de lumière.
Je me dirigeai donc vers la fenêtre. Dans la pièce, pas un bruit. Un véritable silence de mort. La chose que l'on pouvais entendre ce sont les claquements de mes bottines à talons hors de prix Chanel. Arrivée devant la fenêtre, j'ouvris les stores pour laisser un super soleil entrée. La pièce était déjà (un peu) plus agréable. Je vis un lit vide a coté. Je décidai de le rejoindre et envoyer des tonnes de messages et passer le temps. Quand j'ai regardé de l'autre côté, je vis une silhouette dans un lit. Et une seconde idée me vint, digne de mon côté mesquine. Vu que l'infirmière n'est pas la pour m'en empêcher, j'allais jouer à un de mes jeux préféré : martyriser les innocents qui n'ont rien demandé.


«Haaaaaaa... C'est parfait de pouvoir rater ce foutu cours. On ne peut pas dire que cette sale prof me manque. Heureusement qu'il y a personne pour pouvoir me balance»

Je disais a fort et en exagérant le ton pour que la personne entende bien et que j'aurai une bonne raison de lui en faire baver mais cette dernière ne bougeait pas d'un centimètre. Cela m'intriguait. Je décidais donc de voir au moins à qui j'ai affaire. Je m'approchais du lit en face et tira le rideau. Je vis une gamine. Quand je la vis, j'ai eu comme un déclique. C'était vraiment rare que j'ai eu un blocage pour une fille très banale mais je trouvais cette fille trop mignonne, avec ce petit coté enfantin. Elle avait l'air si fragile donc c'était sûrement une cible facile. Bien que je ne suis pas insensible au charme des enfants, je ne vais pas laissé passer cette chance de m'amuser une peu. Dommage qu'elle était endormie. Je m'assis sur son lit la contemplant. La personne que je pouvais contempler c'était la fille la plus belle du bahut : Moi. Mais le fais qu'elle avais l'air tellement fragile... Je passa ma main dans ses cheveux et les mettant derrière son oreille en espérant qu'elle se réveille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une malade particulière [nc -18]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une malade particulière [nc -18]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» le chef est malade......(pv fumée et la lieutenante ^^)
» Je deteste etre malade
» quand le travail rend malade
» Un grand malade en subaru

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hishigawa :: → Welcome at School :: L'administration :: L'infirmerie-
Sauter vers: